Quel statut juridique pour une activité e-commerce ?

Vous souhaitez lancer une entreprise en ligne ? C’est une bonne idée pour gagner de l’argent mais sachez que le e-commerce est aussi réglementé par diverses dispositions juridiques. De l’auto entrepreneur à la SARL, vu la variété de statuts juridiques qui s’offre à vous, le choix entre l’un d’entre eux n’est pas évident,  lorsqu’il s’agit de celui qui serait le plus adapté à vos besoins. Cet article vous propose quelques idées sur cette question afin de vous orienter et vous aider à prendre un bon départ dans vos activités économiques.

Les statuts envisageables pour une entreprise individuelle

En optant pour une entreprise individuelle en ligne, la dimension entrepreneuriale peut être de multiples envergures pouvant aller jusqu’au micro-entrepreneuriat. Ce dernier est une bonne alternative pour commencer et tester une entreprise e-commerce, il vous permet de vous immatriculer en quelques clics, et vous pourriez dès lors commencer à vendre vos produits et faire la livraison des commandes. Il est aussi particulièrement rentable au niveau des cotisations sociales et des obligations fiscales. Toutefois, des plafonds de chiffre d’affaires sont particulièrement exigés. Vous pouvez aussi opter pour le statut de l’entreprise individuelle classique (EI), car la création en est tout aussi rapide, la comptabilité est simplifiée et le seuil de chiffre d’affaires n’existe pas. Par contre, en cas de difficultés, vos biens personnels pourraient être saisis sauf si votre choix se porte sur la forme d’entreprise individuelle à responsabilité limitée(EIRL). Pour découvrir plus de statuts envisageables pour une entreprise individuelle, cliquez ici.

Les statuts disponibles pour une entreprise sociétale

Si vous voulez entreprendre avec plusieurs associés partageant la même initiative et les mêmes ambitions entrepreneuriales que vous, le statut SARL (société à responsabilité limitée) peut être la forme adaptée pour matérialiser votre entreprise, ou alors si vous êtes associé unique, vous pourrez choisir l’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée).Dans le même esprit, vous aurez aussi respectivement la possibilité de choisir entre la forme juridique SAS (Société par actions simplifiée) ou SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle). Ces statuts juridiques sociaux peuvent revêtir des facettes tant rassurantes que risquées. En général, ces statuts juridiques ne requièrent pas de seuil minimum pour le capital social lors du lancement de départ, et ils prévoient une protection des patrimoines personnels des associés en cas d’éventuelles difficultés etc. Mais par contre, ils sont soumis à l’Impôt sur les Sociétés (IS), et sont assujettis à de lourdes formalités et procédures et à des frais inhérents à la création. Pensez donc à vos objectifs ainsi qu’à votre capacité budgétaire pour le lancement de votre activité en ligne.

L’auto entrepreneur et la SARL : les choix les plus habituels

Sachez qu’il n’existe pas, en fin de compte, un statut qui corresponde de manière définitive à vos objectifs car chaque forme possède à la fois des caractéristiques positives et négatives. Cependant, voici une suggestion de statuts qui pourraient satisfaire efficacement à  vos attentes. Si vous voulez créer votre propre entreprise virtuelle mais que vous hésitez entre toutes les formes juridiques existantes, l’auto-entrepreneuriat est un choix idéal pour démarrer une petite activité ou pour servir d’essai. Il s’agit d’un statut avec lequel tout est simplifié sans pour autant avoir besoin d’une quelconque somme faramineuse. Par contre, si vous avez des associés et que vous comptez créer un site e-commerce avec un investissement  plus conséquent, les statuts EURL ou SARL seront plus avantageux. Et enfin, vos charges sociales seront plus allégées que dans une SAS.

Gestion des commandes
Créer votre e-boutique en ligne